Le 19 mai, Technip , le leader mondial des pipeline sous-marin et des plates-formes en mère fusionne avec l'américain FMC, leader mondial des systèmes sous-marin pour la production de pétrole et de gaz. Les prestations sont complémentaires et feront économiser jusqu'à 30 % du coût du système. Le siège de la nouvelle société sera à Londres. C'est là que le bât blesse. Non que la France perde des leaders mondiaux, elle en achète d'autres par exemple en Italie, mais le niveau d’attractivité de la France baisse depuis 30 ans et aujourd'hui c'est Londres, l'Allemagne, Bruxelles, qui attirent les sièges des grandes entreprises. Brexit ou pas.

Le 18 mai, le conseil d'analyse économique constate que l'émigration des Français concerne de plus en plus les 25-55 ans. Si l’émigration est plus importante en Allemagne et en Angleterre, en France elle n'est pas compensée par une immigration de niveau comparable ce qui fait que la France forme des personnes dont la contribution au système fiscal et social devient négative. Il y a là un très clair problème d'attractivité de la France pour ses actifs qui cherchent un emploi à l'étranger souvent mieux rémunéré que s'il était en France. Et le Brexit envisagé fait que de nombreux Français demandent la nationalité anglaise.

Ce même 18 mai, le ministère de l'éducation constate que l'illettrisme progresse en France et concerne un jeune Français sur 10. Il a même augmenté en 2015 par rapport à 2014. Cela ne fait que confirmer, malheureusement, les résultats des études Pisa successives qui voit descendre la France dans le classement portant sur l'éducation des pays de l'OCDE.

On pourrait ajouter que vers le 17 avril, le fisc constatait que les hauts revenus (foyers fiscaux de plus de 300.000€) émigraient. Brexit ou pas. L’une des réponses Françaises à ces départs dont l’Etat refuse de prendre officiellement la mesure, est le succès de l’éducation. Demandez à l’une des principales concentrations françaises de formation comment cela progresse. C’est le plateau de Saclay, là où est l’X, HEC, Supélec, Paris-Saclay … Le Stanford à la française baigne dans le futur de Courteline. A pleurer.

Je repars en plongée. Rendez-vous la semaine prochaine … pour démontrer l’inverse.

Mon dernier livre sorti en mai 2016 Notre futur anticipé par les signaux faibles