Chaque semaine depuis 2013, je publie dans wwww.latribune.fr une chronique. En voici le lien direct http://www.latribune.fr/blogs/signa...

À quand l'an II du vélo

En 2014, il y a en France près de un tué chez les cyclistes pour dix tués en véhicule de tourisme (qui représentent eux-mêmes moins de la moitié des tués de la route). Et le taux est le plus élevé de croissance du nombre de tués de tous les moyens de déplacement devant les usagers de véhicules utilitaires et les piétons. Tous les âges sont concernés de moins de 14 ans à plus de 75 ans contrairement à toutes les autres catégories plus typées par âge (source : Sécurité Routière, bilan2014).

Lorsque le nombre de tués baissera nous serons dans l'an II du vélo.

Le vélo est comme le déplacement à pied le mode de déplacement doux par excellence. Il ne produit ni de CO2 ni de bruit. Il procure de l'activité physique excellente pour la santé. Et globalement, le cycliste est heureux. Depuis une quinzaine d'années, le vélo s'est multiplié dans les villes par volonté municipale. Si quelques villes comme Strasbourg l'avaient intégré depuis de nombreuses années, d'autres comme Paris l'ont plaqué sans préparation des cyclistes à la bonne conduite, ni des automobilistes d'ailleurs, avec des voies marquées comme des routes de campagne, des voies de bus comme des sens interdits tantôt autorisés tantôt pas, et pour Paris des vélos gris sans âme. C'est ainsi que le nombre de tués de cyclistes a augmenté. Que faut-il faire pour passer à l’an II ?

Il faut donner à la ville, à la campagne, le sourire du cycliste. Il faut créer des voies autonomes directement identifiables avec douceur (certaines villes les colorent en rouge ou en vert), identifier la circulation, créer des abris, apporter du design (fonctionnalité, formes, couleurs). Bref faire changer le regard sur le cycliste et avec son aide. D'ailleurs la multiplication des esthétiques et des fonctionnalités de vélos pour transporter les enfants, l'assistance électriques, des formes de plus en plus audacieuses contribuent fortement à changer le regard. Des entreprises font baisser le compte CO2 de déplacement des salariés en encourageant l'usage du vélo. La ville et la campagne douces sont en marche. Vivement l'an II du vélo.

Je repars en plongée. Rendez-vous la semaine prochaine … pour démontrer l’inverse.