Chaque semaine depuis 2013, je publie dans wwww.latribune.fr une chronique. En voici le lien direct http://www.latribune.fr/opinions/bl...

Pourquoi l’Uberisation de la société ?

Le succès de Uber a donné lieu à ce néologisme de Uberisation de la société. Valoir 40 milliards de dollars en moins de 5 ans d’existence est proprement stupéfiant surtout si le chiffre d’affaires n’est que de un milliard de dollars mais concerne des milliers d’ « emplois » dans le monde. Je propose une interprétation à ce succès.

L’économie mondiale est en mutation : le temps vaut plus que le capital. Les XIXème et XXème siècles sont une parenthèse de l‘histoire économique et sociale. La révolution industrielle a conduit les hommes à devenir salariés. Depuis 1945 environ, le salarié est passé d’une rémunération à la tâche à une rémunération mensuelle, en France CDI. Le secteur primaire – agriculture pour l’essentiel – dominait avant la révolution industrielle, a été dépassé par le secteur secondaire (cols bleus de l’industrie), puis par les cols blancs du tertiaire. Le tertiaire lui-même (vers les 70/80% des emplois) a donné naissance aux activités sous-traitées (le quaternaire) comme le juridique, la finance, les études, la publicité. Et finalement, apparait aujourd’hui le quinternaire (la recherche, la créativité et l’innovation). L’entreprise devient de plus en plus quinternaire qui valorise la recherche intellectuelle dont j’ai expliqué dans d’autres chroniques qu’elle différencie l’humain du robot (voir le robotcène). Le quinternaire demande plus de temps que de capital. Le temps vaut de plus en plus cher. Tout ce qui fait économiser du temps est payé cher. La société a augmenté ses coûts de fonctionnement avec des acteurs économiques « à l’ancienne » trop lourds, face à l’individu qui fait gagner du temps et profiter de son talent propre. Cette nouvelle économie achète du temps (Uber), de la conversation (Blablacar), un logement personnalisé (Airbnb), de l’investissement direct (Lending Club, Kickstarter), des besoins quotidiens (Leboncoin). Internet permet de clore cette parenthèse économique et sociale, nous entrons dans l’économie à la demande, souple et agile qui redonne place à l’humain.

La France subit l’Uberisation. Chacun connait la théorie du chauffeur de taxi : « moins je travaille, plus j’augmente mes prix. Plus j’augmente mes prix, moins je travaille ». Et voila Uber. Le prix du logement atteint des sommets, les charges des hôtels grimpent : et Paris est la première ville au monde de Airbnb. Le train est de plus en plus cher et perd en fiabilité et qualité : et Blablacar se développe rapidement et pèse un sixième de la SNCF. En France, l’Uberisation est un signal faible, est une chance pour se remettre en cause. Je repars en plongée. Rendez-vous la semaine prochaine … pour démontrer l’inverse.