Chaque semaine depuis 2013, je publie dans wwww.latribune.fr une chronique. En voici le lien direct http://www.latribune.fr/blogs/signa...

Rosetta, la comète et l’entropie

La sonde spatiale Rosetta voyage depuis dix ans pour déposer le module Philae sur une comète à 500 millions de kilomètres de la Terre. À quoi cela sert-il et en quoi est-ce un signal faible ?

La comète serait glacée. Si elle est glacée, il y a de l’eau et s’il y a de l’eau, on remonte à la création de l’univers. 14 milliards d’années. (Que les scientifiques pardonnent ma vulgarisation. Merci !). L’espace est empli de galaxies et d’hydrogène d’où naitront les étoiles. Ponctuellement, l’hydrogène par fusion nucléaire crée l’hélium. Des étoiles convertissent l’hélium en carbone puis en oxygène. L’hydrogène et l’oxygène ont formé l’eau : H2O. De ces molécules d’eau sont nées des cellules vivantes, puis des cellules plus complexes – chloroplastes – capables de capter et dissiper l’énergie solaire, puis des algues, la vie végétale, la vie animale et l’homme. C’est ce qui s’est passé sur Terre, à bonne distance du soleil, ni trop proche, ni trop éloigné ni trop chaud ni trop froid. Et nous cherchons à savoir si l’eau existe ailleurs que sur Terre, Mars par exemple ou cette comète en particulier.

Et l’entropie dans tout cela ? Malgré sa proximité phonique avec « empathie », l’entropie est au contraire l’énergie d’un système, notamment en thermodynamique. La création de l’univers est créatrice d’énergie, donc d’entropie, comme la fusion nucléaire de l’hydrogène, ou comme la photosynthèse. Et comme l’univers continue à se développer, l’univers est une énergie libre. L’entropie est la mesure du désordre de ce système qui est en désordre permanent, irréversible et croissant.

Dans le monde qu’il crée, l’homme tend à vouloir « maitriser » l’entropie, le désordre. Il tend à vouloir maitriser l’énergie. C’est là que j’y vois un signal faible. L’homme vit dans un univers à triple énergie. Il y a l’énergie de la nature que l’homme ne maitrise pas comme les cyclones ou les explosions volcaniques. Il y a l’énergie de l’homme à créer, sa force intérieure dont Robinson Crusoé sur son île déserte est symbolique : l’homme améliore naturellement sa vie. Et il y a l’énergie que l’homme veut contrôler dans ce qu’il crée et qui est le mot « énergie » au sens premier, le carbone notamment dans ce qu’il bâtit. La nature et la force intérieure de l’homme vont vers une haute entropie. L’énergie que l’homme veut maitriser est de la basse entropie. Ces trois entropies ne sont pas cloisonnées. La production d’entropie est donc à dominante naturelle. En maitrisant sa production d’énergie, l’homme peut-il maitriser son évolution sur Terre ? La réponse ne dépend pas de Philae.

Je repars en plongée. Rendez-vous la semaine prochaine … pour démontrer l’inverse.